Histoire

Gwendoline Hancke

Livres, BD, etc.
1 042 vues

Gwendoline Hancke*

Biographie

Née le 09 janvier 1973 à Reutlingen (Allemagne), elle passe son enfance dans la ville voisine, Tübingen, où des parents ouverts et curieux l’incitent à s’intéresser à l’Histoire et à la musique, domaines dans lesquels elle va exceller.
Si la musique fut sa première passion (piano, clarinette, orgue et chant), elle découvrit, grâce à son goût pour la lecture, le français et plus particulièrement le Midi de la France. Que ce soit lors de vacances familiales, ou au hasard de rencontres musicales, elle découvre également l’occitan : la langue des cathares et des troubadours. Elle mena plusieurs études de front, comme l’attestent ses nombreux diplômes musicaux, scolaires et universitaires.
Toujours en avance, elle cumula la fin de ses études secondaires avec un emploi d’organiste et, après avoir décroché son Bac général (équivalent du Bac S en France), elle se lança dans l’histoire du Languedoc médiéval.
Elle décroche un Magister Artium (équivalent à un DEA) avec un mémoire sur les femmes nobles languedociennes qu’elle traduit et publie en France sous le titre : « Les belles hérétiques ». Elle ajoute à ses talents des études de latin médiéval, de philologie, de paléographie et diplomatique médiévales, d’archivistique et de muséologie. Si elle se qualifie de calme et posée, elle dispose néanmoins d’un don pour les études et d’une capacité de travail exceptionnels qui lui permettent de décrocher, en plus, un diplôme supérieur de musicologie.
Après six mois passés à Carcassonne pour ses études, elle décide de revenir définitivement en France dès ses examens terminés. Elle soutient sa thèse en 2005 sous le titre « Femmes en Languedoc », qui lui permet de décrocher son doctorat d’Histoire à l’Université de Poitiers sous la direction du professeur Martin Aurell, non sans avoir mis au monde deux enfants, une fille et un garçon.
La masse de travail accumulée lui permet également de publier un ouvrage supplémentaire « L’hérésie en héritage ». D’avoir fréquenté ces femmes occitanes lui donna l’envie d’explorer plus avant les rapports amoureux du Moyen Âge, ce dont elle tira un quatrième ouvrage : « L’amour, la sexualité et l’Inquisition ». Mais elle, qui enfant dévorait les romans historiques, nourrissait le désir de laisser vagabonder son imaginaire dans les terrains que sa rigueur scientifique avait largement labourés. C’est ainsi qu’est né, en 2010, son premier roman historique : « Le Miroir d’Aimengart ». Et un an plus tard, elle donna le jour à son troisième enfant, encore un garçon.
Installée en Ariège où elle est professeure d’allemand certifiée en collège et lycée, il lui arrive encore d’enseigner un peu la musique.
Au final, le seul trait qui n’est pas visible dans cette biographie est celui qui domine : la modestie.

Formation et diplômes

1990 : Diplôme d’organiste (niveau « C ») dans l’Eglise Réformée allemande (Deutsche Evangelische Kirche).
1992-1998 : Etudes d’histoire médiévale, sciences auxiliaires de l’histoire (latin médiéval, paléographie et diplomatique médiévales, archivistique, muséologie), philologie romane et musicologie, Albert-Ludwigs-Universität Freiburg-im-Breisgau.
1993 : Diplôme universitaire de Latin (« Grosses Latinum »).
1994-1998 : Organiste à la Lutherkirche Freiburg-im-Breisgau.
1998 : « Magister Artium » (bac+5) en histoire médiévale, philologie romane et sciences auxiliaires de l’histoire, Albert-Ludwigs-Universität Freiburg-im-Breisgau (mémoire sur « Les femmes nobles cathares en Languedoc », sous la direction du professeur Thomas Zotz).
2002 à 2005 : Doctorat d’histoire médiévale à l’Université de Poitiers, sous la direction du professeur Martin Aurell. Sujet de thèse : Les femmes nobles languedociennes à l’époque du catharisme (XIIIe siècle). Soutenance le 18 octobre 2005.

Bibliographie

Les ouvrages ci-dessous sont annotés des mentions suivantes :

  1. en vente (point de vente cité à titre d’exemple) : ces ouvrages sont encore vendus au bénéfice de l’auteur et de son éditeur ; nous n’en fournissons donc pas de version numérique. * indique que nous avons aussi l’ouvrage.
  2. disponible : une version numérique est disponible pour les chercheurs enregistrés.
  3. disponible – non numérisé : l’ouvrage est en notre possession, mais pas encore numérisé. En cas de besoin, nous pouvons hâter sa numérisation, sur demande. Si nous refusons la numérisation, la mention « non numérisable » figure.
  4. non disponible – cet ouvrage n’est pas en notre possession.

Livres publiés en nom propre

  • Les belles hérétiques. Être femme, noble et cathare – L’Hydre éditions (2001) – disponible – non numérisable
  • Le Luberon : nature, histoire, sites, musées – Éditions MSM (2005)
  • Les camisards : genèse et histoire de la guerre des Cévennes (1702-1705) – Éditions MSM (2005)
  • Femmes en Languedoc : la vie quotidienne des femmes de la noblesse occitane au XIIIe siècle entre catholicisme et catharisme. – La Louve éditions (2006 – 2019) – en vente* (LaLibrairie®)
  • L’hérésie en héritage : familles de la noblesse occitane dans l’Histoire du XIIe au début du XIVe siècle : un destin commun. – La Louve éditions (2006) – en vente* (LaLibrairie®)
  • L’amour, la sexualité et l’Inquisition : les expressions de l’amour dans les registres de l’Inquisition – La Louve éditions  (2007) – en vente* (LaLibrairie®)
  • Le Miroir d’Aimengart – La Louve éditions (2010) – en vente* (LaLibrairie®)

Livres en collaboration

  • Roquefort de la Montagne Noire. Un castrum, une seigneurie, un lignage – avec Pierre Clément (dir.), Anne Brenon, Michel Barrère, Jean-Paul Cazes, Marc Comelongue, Hadès – Éditions Loubatières (2009) – en vente – (Loubatières-Ombres blanches)
  • Carcassonne et le pays carcassonnais – avec Jean-Claude Capera, Marie-Elise Gardel – Éditions Loubatières (2010)

Communications et publications

  • Femmes et féminité d’après le registre de Jacques Fournier – Colloque de Montaillou : Autour de Montaillou, un village occitan – du 25 au 27 août 2000 à Montaillou (09)
  • Les femmes cathares en Languedoc in Histoire Médiévale, Hors Série : Les Cathares. Les dernières recherches, Février 2003, pp. 38-45.
  • La Poésie des Trobairitz – Le sirventès de Gormonda de Monpeslier, Troubadours et Cathares en Occitanie Médiévale. Actes du colloque de Chancelade (24 et 25 août 2002), Castelnaud-la-Chapelle, l’Hydre éditions, 2004, pp. 101-118.
  • Maladies, médecins et pratiques médicales dans les registres d’inquisition (XIIIe siècle), Bulletin de la Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude 104/2004, pp. 103-112.
  • Les dames de Laurac in Histoire Médiévale, Hors Série : Les Cathares. Les lieux de vie et d’exil, Mai 2005, pp. 26-33.
  • La prédication féminine chez les cathares – in Les cathares devant l’Histoire : mélanges offerts à Jean Duvernoy (2005)
  • De Dames van Laurac. Kathaarse religieuzen, Kathaarse Vrouwen (Kathaarse Kronieken 6), Bruxelles 2006, pp. 43-50 (trad. par Raymond Doms).
  • Les seigneurs de Niort, entre révolte et soumission in Pyrénées Cathares, Hors Série : Le souffle de l’hérésie occitane, juillet 2006, pp. 28-34.
  • Le monachisme féminin dans l’Aude à l’époque du catharisme (XIIe et XIIIe siècles) », Bulletin de la Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude 106/2006, pp. 99-106.
  • Vrouwen in de Languedoc, tussen Katholicisme en Katharisme (Kathaarse Kronieken 11), Bruxelles 2007 (trad. par Raymond Doms).
  • Femmes et sacerdoce dans la vie religieuse cathare, Actes du Colloque des Médiévales 2006 de Baziège (Hte Garonne), 2007, pp. 60-73.
  • Les registres d’Inquisition et l’historiographie des familles languedociennes – Colloque Mémoire du catharisme : Écrire l’histoire d’une hérésie, les 12 et 13 mai 2007 à Mazamet (81).
  • Roquefort, un castrum, une seigneurie, un lignage, du XIe siècle à la Révolution – Colloque du Parc naturel régional du Haut-Languedoc, à l’amphithéâtre de l’abbaye-école de Sorrèze (81) le 13 décembre 2008.
  • Maison, couple, famille et société – la place de la dame dans le Languedoc cathare (XIIIe siècle) », Revue du Cercle généalogique de Languedoc, 122/2009, pp. 46-48 (1ere partie), 123/2009, pp. 32-38 (suite et fin).
  • Femmes nobles languedociennes et seigneurie (XIIIe siècle) – le cas des dames de Châteauverdun, Nayt-Dubois / Santinelli-Foltz (Emmanuelle) (dir.), Femmes de pouvoir et pouvoir des femmes dans l’Occident médiéval et moderne, Valenciennes 2009, pp. 291-302.
  • Le faidit, l’épouse et la concubine : le destin ordinaire de la famille de Mazerolles entre hérésie, croisade et Inquisition, 1209-2009, cathares : une histoire à pacifier ? Actes du colloque de Mazamet (15-17 mai 2009), Portet-sur-Garonne, 2010, pp. 241-260.
  • Le monachisme féminin en comté de Foix et l’impact du catharisme et de la Croisade, 1209-1309. Un siècle intense au pied des Pyrénées. Actes du colloque de Foix (23-25 octobre 2009), Foix 2010, pp. 367-384.
  • Les Femmes et la croisade contre le catharisme : actes de résistance ?, Les femmes et la guerre, de l’Antiquité à 1918. Actes du colloque d’Amiens (15-16 octobre 2007), Paris 2010, pp. 167-183.
  • Le rôle des dames nobles dans la diffusion de la foi cathare en Languedoc : 4èmes Journées scientifiques : Des femmes cathares dans la société du Languedoc aux XIIe et XIVe siècles. – Parc naturel régional du Haut-Languedoc, les 12 et 13 septembre 2009 à La Caunette et Minerve (34)
  • La famille d’Arvigna, seigneurs de Dun à l’époque du catharisme, Archives ariégeoises 3/2011, pp. 29-45.
  • Mariage ou ‘union libre’ ? Le couple dans la société languedocienne à l’époque du catharisme, Actes du Colloque des Médiévales 2010 de Baziège (Hte Garonne), pp. 63-82.
  • René Nelli, l’hérésie, l’amour et les femmes, Fabre D. / Pinies J.P. (dir.), René Nelli ou la poésie des carrefours, Carcassonne 2016, p. 299-314.
  • L’Église cathare de l’Albigeois et sa hiérarchie in La dissidence cathare en pays tarnais – Revue du Tarn n°243 – automne 2016

Sources : Site personnel

* Comme il se doit avec les auteur(e)s vivant(e)s, la biographie et la bibliographie sont réalisées avec l’aide des personnes concernées. Nous tenons à les remercier ici de leur aide et de leur disponibilité. Autres sources : Wikipédia, Amazon, Catharisme d’aujourd’hui.

La prédication dans l’histoire

Livres, BD, etc.
515 vues

La prédication dans l’histoire

Université du Littoral – Côte d’Opale

Quatrième de couverture
La 25e université d’été du Carrefour d’histoire religieuse a été consacrée à La Prédication dans l’histoire. Organisée en partenariat avec l’Institut catholique de Toulouse qui avait mis à disposition des locaux, elle a permis de faire le point sur l’un des exercices les plus essentiels à toute démarche religieuse. « Prêcher » consiste en effet à annoncer une révélation religieuse indique Alain Rey dans le Dictionnaire historique de la longue française.
Les travaux de ce Carrefour d’histoire religieuse ont porte essentiellement sur le monde judeo chrétien. Depuis les premiers temps, une réelle fluidité formelle se manifeste dans les différents lieux de la prédication sous la forme d’un incessant aller-retour entre fixité et souplesse des normes de la prédication. Le rapport entre la religion et la rhétorique du monde partage les prédicateurs en deux groupes souvent opposés : ceux qui voient dans la société des points d’accroches, des passerelles, des pierres d’attente permettant une certaine connivence et donc un échange, un dialogue ; d’autres, au contraire, qui insistent sur le fossé qui sépare la cité de Dieu et celle des hommes.
La forme et le fond de la prédication au travers des siècles s’enracinent également, au-delà du contexte particulier à prendre en compte, dans la nature de la personnalité du prédicateur : toute parole, y compris sacrée, dépend de celui qui la prononce.
Bruno BÉTHOUART

Informations techniques

Actes de la XXVe université d’été du Carrefour d’histoire religieuse
Toulouse, 10-13 juillet 2016.

Publié avec le soutien de la Fondation Louis-Florin sous l’égide de la Fondation de France

ARS François, BERNAY Sylvie. BÉTHOUART Bruno, BURNET Régis, CHAMP Nicolas, COMTE Cyprien, DANROC Gilles, DOUNOT Cyrille. DUPIN Benoît, DUCERF Laurent. FAVRY Anne-Claire (Sr), FORO Philippe, GALINIER PALLEROLA Jean-François, JIMÉNEZ SANCHEZ Pilar, LANDR0N Olivier, LE GALL Robert (Mgr), MASSON Catherine, MARTINAZZO Estelle, MENGÈS-LE-PAPE Christine, MINVIELLE Bernard, REY MIMOSO-RUIZ Bernadette, SORREL Christian, SOURIAC Pierre-Jean. TRANVOUEZ Yvon, VIGNE Daniel.
CAHIERS DU LITTORAL -2-16 PRIX : 15 €
ISBN : 9 782916 895284

Sommaire

  • Introduction – Jean-François Galinier-Pallerola

Partie I : Aux sources de la prédication judéo-chrétienne

  • La prédication des prophètes de l’Ancien Testament – Cyprien Comte
  • Comment prêchait Origène ? – Daniel Vigne
  • La prédication de saint Augustin sur les Psaumes – Sr Anne-Claire Favry
  • « Je ne suis pas venu chez vous avec la puissance du langage [2Co 21]. Histoire et réception d’une théorie rhétorique paradoxale » sur la prédication des premiers chrétiens – Régis Burnet

Partie II :  Durant la période médiévale et moderne

  • La prédication des Cathares ou bons hommes dans le Midi de la France – Pilar Jiménez Sanchez
  • Une    manifestation    du    jansénisme    à    Toulouse    au   XVIIe   siècle : les conflits entre prédicateurs – Estelle Martinazzo
  • Les Indiens ne sont-ils pas des hommes ? Le cri de Fray Anton Montesinos, op – Frère Gilles Danroc

Partie III :  Chez les protestants

  • La prédication protestante sous Louis XIII – Pierre-Jean Souriac
  • La prédication funèbre chez les Protestants – Nicolas Champ
  • Le prédicateur diabolique dans l’Amérique des années trente : La Nuit du chasseur (The Night of the Hunter. roman de Davis Grubb. 1943. film de Charles Laughton. 1955) – Bernadette Rey Mimoso-Ruiz
  • Prédicateurs religieux en transition en Afrique du Sud  – Benoît   Dupin
  • Musique et prédication de Palestrina à Haydn – Laurent Ducerf

Partie IV : Chez les catholiques

  • Le P. Janvier et la fraternité du Saint-Sacrement – Catherine Masson
  • Absinthe et eau de Lourdes : le père Didon. prédicateur contrarié – Yvon Tranvouez
  • Aspects juridiques de la prédication dans le droit canonique, des origines à nos jours – Cyrille  Dounot
  • Du sermon à l’homélie, La prédication de la fin du XIXe s. à nos jours  – Jean-François Galinier-Pallerola
  • La formation à la prédication dans les séminaires français après Vatican II – P. Bernard Minvielle
  • Prêcher en breton, un siècle de méfiance et de rejet, de la Révolution française à la circulaire de Combes en 1902 – François Ars
  • Prêcher la mission.  Remarques sur la prédication missionnaire à l’époque contemporaine – Christian Sorrel
  • La prédication des femmes – Sylvie Bernay
  • Mgr François Marty (1904-1994) : « un homme de paroles » – Olivier Landron
  • Le père Riccardo Lombardi, « microphone de Dieu » dans l’Italie de Peppone et don Camillo – Philippe Foro
  • Religion et état de guerre en Pologne : la prédication de Jerzy Popieluszko – Christine Mengès-Le-Pape
  • Fête de saint Benoit. le 11 juillet 2016 en la chapelle Sainte-Claire de l’Institut catholique de Toulouse sur « la prédication dans l’histoire » – Mgr Robert Le Gall
  • Conclusion générale – Bruno Béthouart

1 – En fait il s’agit de 1Co 1

Le temps de la Bataille de Muret

Recherche
710 vues

Actes du 61e Congrès de la Fédération historique de Midi-Pyrénées, en association avec la Société des Études du Comminges et la Société du Patrimoine du Murétain

Muret (31) les 12 et 13 septembre 2013.

Statut documents : disponible

Table des matières

Introduction

René SOURIAC

Conférence

Martin ALVIRA CABRER  – Muret 1213 : réflexions sur une bataille per­due

La Bataille

Michel ROQUEBERT  – Les fondements juridiques de l’intervention du roi Pierre II d’Aragon sur le théâtre de la croisade albigeoise
Jean-Louis BIGET – Anthropologie de la bataille médiévale : le cas de Muret

Muret, sa position en Comminges et en pays toulousain : espaces et hommes au début du XIIIe siècle

Christian MONNIER – La physionomie de Muret à l’époque médiévale et son évolution
Yann HENRY – De l’Antiquité au Moyen Âge : origines et mutations du peuplement dans la plaine de Muret
Jean-Michel LASSURE – La Garonne à Muret
Gérard PRADALIÉ – Salles et la porte de Salles
Henri AMÉGLIO – Le site de la bataille de Muret : découvertes archéologiques, 1843-1984
Éric TRANIER & Henri MOLET – À la recherche des traces du champ de bataille de Muret : les opérations archéologiques « Petit-Joffréry » et « Grand-Joffréry » (2011-2013)

Les royautés et les principautés : enjeux politiques et juridiques

Patrick de LATOUR – Bernard IV, obligé d’Alphonse le Chaste et vassal de Pierre le Catholique (1176-1213)
Martin de FRAMOND – Bannières, milices urbaines et armoiries dans les vicomtés « aragonaises » de Millau et Gévaudan avant Muret
Sergi GRAU TORRAS – La législation contre l’hérésie dans la couronne d’Aragon au temps du roi Pierre II d’Aragon
Josep SERRANO DAURA – L’Assemblée de Paix et de Trêve jusqu’au règne de Pierre Ier de Catalogne et son évolution vers la Cour générale
Nicolas LEROY – La croisade albigeoise dans ses confins orientaux : les répercussions de Muret sur la Provence rhodanienne et le Languedoc oriental
Thierry PÉCOUT – La mort de Pierre II et l’émergence d’une principauté en Provence

Société

Guy-Pierre SOUVERVILLE – Les fondations ecclésiastiques en Comminges, du Nébouzan au Pays de Longes, aux XIIe et XIIIe siècles. Sources et documents
Pierre VIDAL – Hospitaliers et templiers en Muretain, des premiers établissements (début XIIe s.) aux premières bastides (milieu XIIIe s.) : réseaux de pouvoirs et organisation de l’espace
René SOURIAC – Bernard IV de Comminges en ses villes maîtresses : les coutumes de Muret (1203), et de Saint-Gaudens ( 1202)
Claudine PAILHÈS – Née de la croisade, la « Terre du Maréchal »
Magali BAUDOIN – Les vicomtes de Labarthe et la Barousse au début du XIIIe siècle
Charles PEYTAVIE – Les seigneurs de Penne d’Albigeois et les événements de la Croisade albigeoise. Les ambitions politiques et stratégiques d’un lignage méridional en temps de crise

Culture

Michel BANNIARD – Les enjeux langagiers d’une défaite : la mutation d’un paradigme
Marjolaine RAGUIN – Langues et identités dans la partie anonyme de la Chanson de la Croisade albigeoise
Robert VINAS – L’image du roi Pierre d’Aragon dans le « Livre des faits » de son fils, le roi Jaume Ier

Art  et représentations

Daniel CAZES – L’art dans les pays de Toulouse, Comminges et Foix au temps de la bataille de Muret
Quitterie CAZES – Toulouse et la Catalogne à la fin du XIIe siècle : le « troisième atelier » de la Daurade
Emmanuel GARLAND – La peinture murale au XIIIe siècle. Contribution à l’étude du décor peint des églises de Montsaunès et de Castillon-en-Couserans
Hélène LAUG – L’architecture de l’église Saint-Jacques de Muret, du XIIe au XXIe siècle
Christophe MARQUEZ – De l’iconographie de Simon de Montfort

Enjeu de mémoire ? Visions, perceptions et interprétations

Bernard MONTAGNES op. – Histoire et légende : saint Dominique à Muret ?
Pierre-Jean SOURIAC – Les enjeux mémoriels de la croisade albigeoise au temps des guerres de Religion
Georges PASSERAT – Mary Lafon (1810-1884), traducteur de la Canso de la Crosada
Rémy PECH – Muret 1913 : une fête félibréenne pimentée de politique
René SOULA – Les célébrations de la bataille de Muret au XXe siècle : conflits de l’histoire et de la mémoire
Jean-Pierre AMALRIC – La bataille de Muret vue d’Espagne : entre Histoire et Mémoire historique
André DUPUY – Résonances contemporaines d’une défaite : témoignage d’un occitaniste

CONCLUSIONS

Martin AURELL

Accès réservé aux chercheurs

Philippe Martel

Livres, BD, etc.
3 077 vues

Philippe Martel

Biographie*

Né en 1951 à Paris XVe (origines familiales Alpes du sud).

Etudes d’histoire (Paris I)
Maîtrise (sur la société occitane au XIIe siècle)
Agrégé d’histoire (1974).
Participation à l’Histoire d’Occitanie (dir. Lafont Armengaud, Hachette, 1979), pour les chapitres Moyen Âge.

Thèse de IIIe cycle EHESS 1980 (sur l’historiographie de la croisade albigeoise XIXe-XXe siècle). Publiée en 2001.
Chercheur CNRS (1983-2009)
Thèse d’État, Les félibres et leur temps, 1993 Paris I. Publiée en 2010.
Professeur des Universités, Université Paul Valéry, Montpellier 3, département d’occitan.
Emérite depuis septembre 2015.

(source C.V. personnel et Wikipedia corrigées par l’auteur)

Domaines de recherche :

Histoire de l’espace occitan, essentiellement à la période contemporaine, avec quelques travaux sur la période médiévale. Plus précisément : histoire socio-linguistique de l’espace occitan, du Moyen Âge à nos jours en passant par l’Ordonnance de Villers- Cotterêts et la période révolutionnaire. Histoire de l’historiographie de l’espace occitan. L’Éthnotype de l’Homme du Sud. Histoire de la revendication occitane, culturelle et politique. École française et langues régionales. Approche comparative des revendications « régionalistes » ou « nationalitaires » en France et en Europe.

Read more

Les Cathares – Histoire et spiritualité

Livres, BD, etc.
1 592 vues

Les Cathares
Histoire et spiritualité

Philippe Roy

Informations techniques

ISBN : 978-2-85076-576-6
Éditions Dervy (Paris) – 1993 – 343 p.

Quatrième de couverture

De nombreuses études ont retracé l’histoire des Cathares, également connus sous les appellations d’« hérétiques », de « manichéens », de « bons hommes » ou de « gnostiques ».

Philippe Roy nous présente ici la foi et les pratiques spirituelles de ces adorateurs du Christ traqués et condamnés par l’Église romaine, et nous restitue leur ascèse, tant physique que morale.

La pratique d’une hygiène alimentaire rigoureuse, de la contemplation, de la méditation, de la prière et des rituels était le quotidien de ces « fous de Dieu » qui vivaient la pureté du christianisme primitif.

Plus qu’une histoire du Catharisme, c’est une histoire de la vie intérieure des Cathares au travers de leur doctrine que l’auteur a reconstitué.

Mon analyse

Ce livre me semble tout à fait utile car il offre une approche du catharisme qui tient compte de la part spirituelle et doctrinale du catharisme, ce qui fait souvent défaut aux ouvrages plus historiques. Le seul point qui me pose problème c’est la tendance régulière de l’auteur à glisser de la doctrine et de la spiritualité vers l’ésotérisme et la mystique. Pour moi, le catharisme est une des religions les plus rationnelle qui soit, sans doute en raison de son attachement à la philosophie grecque. Mais, ceci mis à part, je souscris à la quasi totalité des opinions de l’auteur, dont il ne faut pas oublier que l’ouvrage a plus de vingt ans, ce qui excuse facilement quelques points un peu datés.
Je ne le conseillerais peut-être pas pour découvrir le catharisme, mais ce peut être un ouvrage complémentaire intéressant à lire.

N.D.L.R. : Une ré-édition est parue en 2004 avec une autre couverture. Ne l’ayant pas lue, je ne saurais dire si elle comporte des modifications avec la première.

Catharisme d’aujourd’hui – Éric Delmas

Livres, BD, etc.
4 501 vues

Catharisme d’aujourd’hui
Éric Delmas

Quatrième de couverture

Grâce aux plus récentes recherches sur le catharisme que présente ce livre, vous découvrirez un christianisme présent depuis le premier siècle et toujours vivant aujourd’hui. C’est en étudiant les groupes religieux qui ont précédé les Cathares, comme les Bogomiles, les Pauliciens, les Marcionites, sans oublier les communautés fondées par Paul, que l’on a pu reconstituer l’évolution historique et doctrinale de ceux qui ont dû fuir Jérusalem pour se réfugier au nord, en Samarie et en Judée, et même jusqu’à Damas. Comme Jésus et Étienne, qui le payèrent de leur vie, ils blasphémaient le Dieu des Juifs, alors que les anciens disciples, Pierre et Jean, ou même Jacques le frère de Jésus ne furent pas inquiétés et demeurèrent sur place. C’est en les pourchassant que Paul reçu la révélation qui le poussa à rejoindre ces communautés qui concevaient le message de Christ en dehors de la religion juive.Read more

Les catharismes

Livres, BD, etc.
836 vues

Les catharismes
Pilar Jiménez-Sanchez

Modèles dissidents du christianisme médiéval (XIIe– XIIIe siècles)

Quatrième de couverture

Il fut une époque pas si lointaine où l’histoire du catharisme paraissait simple et claire : le catharisme était un phénomène extérieur, une importation orientale survenue, pour certains historiens au début du XIe siècle, pour d’autres au milieu du XIIe siècle, caractérisé par une doctrine dualiste jusque-là inconnue dans le monde latin. Cette étude propose de revenir sur ces présumées origines historico-doctrinales et sur la nature de ce mouvement dissident. Tout d’abord, en cessant de privilégier les constructions et préjugés historiques et doctrinaux élaborés et distillés depuis les théologiens catholiques de l’époque médiévale, leurs principaux détracteurs, puis transmis au travers d’une longue tradition historiographique dont les études récentes se font encore l’écho. Ensuite, à partir d’une lecture attentive de l’ensemble de documents, remontant aux débats du IXe siècle carolingien relatifs à la  » société chrétienne « , l’auteure propose une genèse des catharismes, phénomène pluriel et endogène au christianisme occidental. Ainsi se dégage et se précise le parcours d’une pensée dualiste dont les expressions dissidentes, même la plus radicale d’entre elles, au XIIIe siècle, résultent du processus de rationalisation qui traverse le christianisme médiéval.

Mon commentaire

Le travail de Mme Pilar Jiménez est d’une qualité indiscutable quant à sa forme. Ses recherches exhaustives, son travail des sources sont dignes de la qualification de l’auteure.
Par contre sur le fond je considère que Mme Jiménez — si motivée à démontrer les erreurs des chercheurs médiévaux et des polémistes catholiques et orthodoxes — est finalement tombée dans le même piège.
Faire du catharisme une dissidence chrétienne dont les expressions seraient en quelque sortes déconnectées les unes des autres et le réduire à une réaction d’ordre politico-social est une erreur manifeste. Comme un archipel (expression due à Anne Brenon et reprise dans la préface de ce livre), les îles le composant peuvent sembler distinctes les unes des autres et donner envie au géographe de les traiter indépendamment, mais en réalité elles sont unis sous la surface de l’eau et la cause de leur émergence est le même feu qui se déplace au fil du temps.
De la même façon le catharisme n’est pas un phénomène médiéval isolé, comme le pense bon nombre d’historiens, ni une série de manifestations d’opposition à un système religieux et politique donné, comme le pensent l’auteure et quelques autres historiens, mais une émergence médiévale d’un phénomène qui s’est manifesté dès le premier siècle. Mais pour s’en rendre compte il faut chercher à lire l’Histoire partout où elle s’exprime et non seulement là où l’on veut la voir.

Jean Duvernoy

Livres, BD, etc.
1 535 vues
Mazamet 2007-© J.-L. Gasc

Jean Duvernoy

Jean Duvernoy, né en 1917 à Montbéliard et mort le à Toulouse, est un médiéviste et juriste français.
Docteur en droit et licencié ès lettres, il fut élu mainteneur de l’Académie des Jeux floraux de Toulouse en 1989.
Après s’être intéressé aux Vaudois — lorsqu’il était en poste à Lyon—, Jean Duvernoy est à partir de 1958, l’auteur de textes, de transcription et de traductions sur le catharisme et l’Inquisition.

N’ayant pu obtenir d’aide de ses proches pour réaliser sa biographie, je me contenterai de vous dire combien j’ai apprécier les trop rares occasions où j’ai pu croiser ou discuter avec M. Duvernoy. Invité à ses obsèques, j’ai saisi combien son travail lui avait valu de reconnaissance, même si l’Université n’a pas pu ou voulu prendre la mesure de sa contribution à l’Histoire.Read more

Documents pour servir à l’histoire de l’Inquisition dans le Languedoc

Livres, BD, etc.
817 vues

Documents pour servir à l’histoire de l’Inquisition dans le Languedoc
Célestin  Douais

Ouvrage en deux volumes de Monseigneur Célestin Douais

Publié en 1900 par Renouard et H. Laurens.

Ouvrage disponible en ligne sur le site : archive.org

Ce livre vient d’être ré-édité sous forme de photocopies de l’original détenu par la Bibliothèque Nationale de France.

Il est aussi accessible sur son site Gallica.

Philon d’Alexandrie

Livres, BD, etc.
749 vues

Philon d’Alexandrie
Jean Daniélou

Commentaire de Maurice Vanhoutte

La personnalité très diverse de Philon : philosophe, exégète, prédicateur, théologien, ascète et politique tout à la fois, a suscité, au cours des dernières années, un nombre considérable de travaux, surtout en Allemagne et aux Etats-Unis. En France, depuis les travaux de Bréhier qui datent des environs de 1910, aucun ouvrage d’ensemble ne lui avait été consacré. Celui du P, Daniélou nous convainc d’une chose : à l’heure actuelle, il est encore très difficile de porter un Jugement sur Philon, La thèse majeure du nouvel interprète est qu’il ne convient pas de voir en Philon un syncrétiste, comme le faisait Bréhier suivi par d’autres historiens de la pensée antique. Peut-être l’auteur a-t-il eu tort de suivre entièrement Wolfson et Vôlker sur ce point. En effet il donne d’abord à croire que Philon est essentiellement un juif croyant qui ne fait qu’emprunter à la culture grecque les formes d’expression de sa foi. Il n’en reste pas moins, comme on peut le voir au chapitre II, que Philon, profondément imprégné par l’enseignement,des philosophes et rhéteurs grecs, a eu à cœur, dans son zèle apologétique, de prouver aux Grecs que la Bible ne contredisait pas la philosophie naturelle de Platon, d’Aristote et des Stoïciens, Je me contente de renvoyer aux pages 178-179 où l’auteur commente un passage typique à cet égard,
De sorte qu’on gagnerait, je pense, à exposer la pensée philonienne en deux fois, en partant d’abord de la Bible, puis de la philosophie grecque. L’auteur objectera qu’en ce cas on ne tiendrait plus compte de l’homme, de la personnalité extrêmement nuancée que fut Philon. Précisément, n est-ce pas cette subtilité de sa pensée qui nous le masque encore et ne la serrerait-on pas de plus près en multipliant nos perspectives ? Si, comme le voit très bien l’auteur, il y a réellement deux versants dans l’œuvre de Philon, ne serait-il pas opportun de les considérer à tour de rôle pour découvrir leurs nombreux points de rencontre ? Peut-être alors l’interprétation syncrétiste garderait-elle malgré tout sa valeur. Il y a un certain danger, ce me semble, de vouloir pénétrer dans la personnalité d’un penseur ancien. Est-il nécessaire ou tout simplement prudent de soutenir l’originalité de la pensée chez Philon, d’en faire un grand philosophe ? A force de se pencher sur des textes, il arrive quelque fois qu’on s’illusionne sur leur authenticité.
La nature de la collection dans laquelle il publie a interdit sans doute à l’auteur de fournir une bibliographie complète de son sujet, de citer en note des ouvrages importants, de s’étendre sur telle question décisive, par exemple, les philosophes ou la Bible à Alexandrie. L’état dans lequel il nous a livré ses recherches est néanmoins excellent. Le chapitre sur la théologie de Philon est remarquable par sa clarté.

M. VANHOUTTE,

Commentaire publié dans : Revue Philosophique de Louvain – Année 1960, Volume 58, Numéro 58, pp. 295-296
Copié sur Persée.fr