Recherche

Hérésies et sociétés – Royaumont 1962

Recherche
1 191 vues

Hérésies et sociétés

dans l’Europe pré-industrielle (11e-18e siècles)

Communications et débats du Colloque de Royaumont présentés par Jacques Le Goff (27 au 30 mai 1962).

École pratique des Hautes Études – Sorbonne. Section : sciences économiques et sociales. Centre de recherches historiques.

Éditeur : Mouton and Co Paris – La Haye 1968
I. N. : 7 565 039 6

Read more

Le temps de la Bataille de Muret

Recherche
1 178 vues

Actes du 61e Congrès de la Fédération historique de Midi-Pyrénées, en association avec la Société des Études du Comminges et la Société du Patrimoine du Murétain

Muret (31) les 12 et 13 septembre 2013.

Statut documents : disponible

Table des matières

Introduction

René SOURIAC

Conférence

Martin ALVIRA CABRER  – Muret 1213 : réflexions sur une bataille per­due

La Bataille

Michel ROQUEBERT  – Les fondements juridiques de l’intervention du roi Pierre II d’Aragon sur le théâtre de la croisade albigeoise
Jean-Louis BIGET – Anthropologie de la bataille médiévale : le cas de Muret

Muret, sa position en Comminges et en pays toulousain : espaces et hommes au début du XIIIe siècle

Christian MONNIER – La physionomie de Muret à l’époque médiévale et son évolution
Yann HENRY – De l’Antiquité au Moyen Âge : origines et mutations du peuplement dans la plaine de Muret
Jean-Michel LASSURE – La Garonne à Muret
Gérard PRADALIÉ – Salles et la porte de Salles
Henri AMÉGLIO – Le site de la bataille de Muret : découvertes archéologiques, 1843-1984
Éric TRANIER & Henri MOLET – À la recherche des traces du champ de bataille de Muret : les opérations archéologiques « Petit-Joffréry » et « Grand-Joffréry » (2011-2013)

Les royautés et les principautés : enjeux politiques et juridiques

Patrick de LATOUR – Bernard IV, obligé d’Alphonse le Chaste et vassal de Pierre le Catholique (1176-1213)
Martin de FRAMOND – Bannières, milices urbaines et armoiries dans les vicomtés « aragonaises » de Millau et Gévaudan avant Muret
Sergi GRAU TORRAS – La législation contre l’hérésie dans la couronne d’Aragon au temps du roi Pierre II d’Aragon
Josep SERRANO DAURA – L’Assemblée de Paix et de Trêve jusqu’au règne de Pierre Ier de Catalogne et son évolution vers la Cour générale
Nicolas LEROY – La croisade albigeoise dans ses confins orientaux : les répercussions de Muret sur la Provence rhodanienne et le Languedoc oriental
Thierry PÉCOUT – La mort de Pierre II et l’émergence d’une principauté en Provence

Société

Guy-Pierre SOUVERVILLE – Les fondations ecclésiastiques en Comminges, du Nébouzan au Pays de Longes, aux XIIe et XIIIe siècles. Sources et documents
Pierre VIDAL – Hospitaliers et templiers en Muretain, des premiers établissements (début XIIe s.) aux premières bastides (milieu XIIIe s.) : réseaux de pouvoirs et organisation de l’espace
René SOURIAC – Bernard IV de Comminges en ses villes maîtresses : les coutumes de Muret (1203), et de Saint-Gaudens ( 1202)
Claudine PAILHÈS – Née de la croisade, la « Terre du Maréchal »
Magali BAUDOIN – Les vicomtes de Labarthe et la Barousse au début du XIIIe siècle
Charles PEYTAVIE – Les seigneurs de Penne d’Albigeois et les événements de la Croisade albigeoise. Les ambitions politiques et stratégiques d’un lignage méridional en temps de crise

Culture

Michel BANNIARD – Les enjeux langagiers d’une défaite : la mutation d’un paradigme
Marjolaine RAGUIN – Langues et identités dans la partie anonyme de la Chanson de la Croisade albigeoise
Robert VINAS – L’image du roi Pierre d’Aragon dans le « Livre des faits » de son fils, le roi Jaume Ier

Art  et représentations

Daniel CAZES – L’art dans les pays de Toulouse, Comminges et Foix au temps de la bataille de Muret
Quitterie CAZES – Toulouse et la Catalogne à la fin du XIIe siècle : le « troisième atelier » de la Daurade
Emmanuel GARLAND – La peinture murale au XIIIe siècle. Contribution à l’étude du décor peint des églises de Montsaunès et de Castillon-en-Couserans
Hélène LAUG – L’architecture de l’église Saint-Jacques de Muret, du XIIe au XXIe siècle
Christophe MARQUEZ – De l’iconographie de Simon de Montfort

Enjeu de mémoire ? Visions, perceptions et interprétations

Bernard MONTAGNES op. – Histoire et légende : saint Dominique à Muret ?
Pierre-Jean SOURIAC – Les enjeux mémoriels de la croisade albigeoise au temps des guerres de Religion
Georges PASSERAT – Mary Lafon (1810-1884), traducteur de la Canso de la Crosada
Rémy PECH – Muret 1913 : une fête félibréenne pimentée de politique
René SOULA – Les célébrations de la bataille de Muret au XXe siècle : conflits de l’histoire et de la mémoire
Jean-Pierre AMALRIC – La bataille de Muret vue d’Espagne : entre Histoire et Mémoire historique
André DUPUY – Résonances contemporaines d’une défaite : témoignage d’un occitaniste

CONCLUSIONS

Martin AURELL

Accès réservé aux chercheurs

Études sur le Rouergue

Recherche
893 vues

Actes des XLVIIe Congrès d’études de la fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon et XXIXe Congrès d’études de la fédération des sociétés académiques et savantes Languedoc-Pyrénées-Gascogne. Rodez (12) les 7, 8 et 9 juin 1974.

N.B. : Les articles barrés sont indiqués à titre d’information, mais ne seront pas numérisés, car sans rapport avec notre thématique. Les autres ne sont accessibles qu’aux chercheurs enregistrés durant leur temps validé (un mois).

Sommaire

H. Vidal et Ph. Wolff – Avant-propos
Jacques Valette – Alexis Monteils

Histoire générale

Henri Guiter – Limites linguistiques du Rouergue septentrional
André Soutou – Approche des problèmes des Ruthènes provinciaux
Madame Roman – Les relations de Nîmes et des Ruthènes d’après Pline l’Ancien
André Soutou – Document de 1211 sur Combret
Jacques Fabre de Morlhon – Les Rouergats fidèles à Raymond VII. Leur sort après sa mort.
Yves Dossat – Un clerc d’Alphonse de Poitiers en Rouergue : Guillaume Ros.
Hélène de Tarde – Évêque et Sénéchal en Rouergue : une guerre d’usure (1285-1314)
Henri Martin – L’évacuation des forteresses « anglaises » du Rouergue et des pays voisins
Dr Pierre Chabert – Jacques Borelly (1623-1689)

Histoire économique et sociale

Jean-Marie Carbasse – La répression de l’adultère dans les coutumes du Rouergue
Louis d’Alauzier – Sorcellerie à Millau au XVe siècle
A. M. Landes – L’exécution testamentaire en Rouergue au XIIIe siècle
Michel lacave – Les moulins dans les coutumes du Rouergue
B. de Gaulejac – Évolution des prix, des salaires et du niveau de vie dans le Rouergue entre 1350 et 1789
Camille Hugues – Jean Singla (1703-1767), de Millau, chevalier d’honneur du Bureau des Finances de Bourges
Roger Béteille – L’originalité de l’émigration rouergate : filières, migrations et comportement socio-professionnel

Histoire religieuse

Jean Duvernoy – Albigeois et Vaudois en Rouergue.
Jean Delmas – Le premier livre en langue d’oc édité en Rouergue : une traduction de l’Opus tripartitum de J. Gerson (1556)
Franck Delteil – La noblesse protestante du Rouergue au XVIe siècle
Charles Delormeau – Les églises protestantes du Rouergue aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles
Chan. Pierre Gayne – L’étrange destin d’un prêtre ruthénois Jean-Philippe Calmels (1766-1823)
Gérard Cholvy – Le catholicisme en Rouergue aux XIXe et XXe siècles : première approche
Jean-marie Périé – Le clergé aveyronnais sous la IIIe République

Archéologie et histoire de l’art

Gaston Combarnous – Sur une voie romaine de Rodez à Nîmes : du pont du Tarn à Millau au pont du diable sur l’Hérault
Michel Labrousse – À propos des bronzes ruthènes de Tatinos
J. C. Richard et R. Guiraud – Un lot de soixante-deux bronzes du Haut Empire découvert à Cornus (Aveyron)
Jean-Claude Fau – Le bassin roman de serpantine du cloître de Conques (Aveyron)
Jacques Bousquet – Sur quelques Christ romans du Rouergue et le problème des « Christs auvergnats »

H. Enjalbert – La nouvelle route royale de Villefranche à Millau au XVIIIe siècle (conférence donnée le 8 juin 1974)

Colloque CIRCAED des 25 et 27 octobre 2018

Recherche
992 vues

Journées d’études Internationales «Aux sources du Catharisme»

Le 25 octobre à Carcassonne, pour sa première partie, puis le 27 octobre à Mazamet, pour la seconde, se tiendra un colloque qui s’annonce très important pour le catharisme et pour remettre à leur juste place les éléments permettant d’établir les origines du catharisme.

Présentation

Voici l’annonce faite par la maison des mémoires de Mazamet, co-organisatrice de l’événement :
« Journées d’études Internationales organisées par le CIRCAED (Collectif International de Recherches sur la Catharisme et les Dissidences) en partenariat avec Le Centre des Monuments Nationaux (château comtal de Carcassonne), le Musée du Catharisme de Mazamet, l’Université Radboud de Nimègue et la Région Occitanie .
Le phénomène historique connu sous le nom de « cathare » et aujourd’hui plus volontiers qualifié de « dissidence des Bons Hommes », a de tout temps fait couler beaucoup d’encre ; et toujours dans un climat de controverse et de tension. Au Moyen Âge, la dénonciation et condamnation de l’hérésie — et des hérétiques — par le pouvoir religieux, s’est exprimée dans une littérature de réfutation théologique de caractère polémique ; s’en est suivie une abondante historiographie, de laquelle la recherche actuelle est encore, plus ou moins directement, tributaire. Depuis le milieu du XXe siècle, que l’étude de la dissidence médiévale échappe au monopole presque exclusif de l’historiographie catholique, les travaux qui lui sont consacrés continuent à susciter des réactions très vives ; ainsi, en 1977, de l’ouvrage de Jean Duvernoy, La religion des cathares, qui établissait la nature chrétienne, et non néo-manichéenne, de la dissidence — thèse qui fait aujourd’hui l’unanimité.
La recherche récente dans le domaine n’a fait qu’amplifier ce phénomène. En témoigne l’ouvrage Cathars in Question, Actes du dernier colloque organisé par nos collègues d’York (RU). Les questions sur la nature doctrinale du catharisme, sur ses origines historiques, etc., ont été évacuées, avant même d’être vraiment débattues, par des auteurs réclamant comme préalable une mise en cause de l’existence même de la dissidence au Moyen Âge — que l’hérésie ait été une invention des clercs médiévaux ou même une construction historique du XIXe siècle, due pour l’essentiel à l’œuvre du pasteur strasbourgeois Charles Schmidt (Histoire et doctrine des cathares ou albigeois, 1848).
Les Journées d’études que nous proposons ont pour simple but de mettre les choses à plat. Nous sommes conscients qu’il est temps maintenant, sur un thème historique aussi controversé que le « catharisme », de revenir aux fondamentaux, en honnête confrontation de travaux. L’Histoire s’écrit sur l’étude critique des sources. Aux sources, il faut revenir, à commencer par les sources originales.
En effet, contrairement à certaines affirmations mal informées, le phénomène cathare est amplement documenté, et de manière diversifiée. Dans le double cadre d’une exposition « Aux Sources du catharisme », réalisée par le Service culturel des Monuments Nationaux (château de Carcassonne) et du Musée « Mémoire du catharisme » de Mazamet, nous mettrons ici un accent particulier sur les Sources originales — quatre manuscrits médiévaux très probablement « de main cathare », recueils de littérature religieuse en latin ou en occitan, qui ouvrent un accès direct à la religiosité dissidente — mais sont encore largement sous-utilisés par la recherche. On complètera par un bilan de l’apport des Sources judiciaires de l’Inquisition, qui éclairent, anthropologiquement et socialement, les dissidents eux mêmes ; hommes et femmes, religieux et laïcs, en Languedoc et en Italie.
Les travaux ici présentés sur ces sources n’ont pas tant pour objet d’y rechercher confirmation (ou infirmation) d’anciens topiques historiographiques sur la dissidence, que de poser sur elles un regard ouvert et neuf, propice à de nouveaux questionnements. C’est dans cette perspective, particulièrement ouverte, que les spécialistes internationaux participant à ces Journées d’études, proposeront ainsi le bilan très novateur de leurs recherches et réflexions sur la « dissidence des Bons Hommes ».

Moyens de transport

Carcassonne dispose d’un aéroport desservi par la compagnie Ryan Air. Sinon, vous pouvez venir via l’aéroport de Toulouse-Blagnac où une navette vous déposera à la gare Matabiau qui propose plusieurs trains par jour pour Carcassonne (40 mn à 1 h de trajet). Si vous contactez l’administrateur du site assez tôt, un service de récupération en gare sera possible.

Si vous venez en train, Carcassonne est desservie par la SNCF. Même option de récupération si nécessaire.

En voiture, nous sommes desservis par l’autoroute A61 avec deux sorties (est et ouest selon votre arrivée). La ville est modeste, la traverser ne pose pas de problème.

Pour le transfert Carcassonne-Mazamet, nous allons essayer d’organiser un système de co-voiturage. Contactez l’administrateur.

Programme

Anne Brenon vient de m’adresser le programme de ces journées :

Jeudi 25 octobre 2018 – Château comtal de Carcassonne :

Toutes les infos et réservations des places pour la journée du 25 à Carcassonne sont à prendre au 04 68 11 70 72 ou par courriel.

Président : Jean-Pierre Albert (Directeur de recherche EHESS, Toulouse).

Matin

  • Peter Biller (Université d’York, Royaume Uni)
    Introduction : « L’état actuel de la recherche sur le catharisme (destruction moderne ?) ».
  • David Zbiral (Université Mazaryk, Brno, République tchèque) : « Le manuscrit du Liber de duobus principiis et du Rituel de Florence et ses lecteurs. La genèse d’un livre dissident ».

Après midi

  • Daniela Müller (Université Radboud de Nimègue, Pays Bas) : « Le Rituel comme expression d’une foi vivante. Quelques aspects en lien avec le Rituel cathare de Florence ».
  • Emmanuel Bain (Université Aix-Marseille, TELEMM) : « Le point sur le manuscrit de Lyon, B.M. A.I. 54 (Palais des arts 36) ».
  • Pilar Jiménez (CIRCAED) : « Le supposé dualisme des bons hommes occitans à travers leurs sources. L’exemple du ‘Traité cathare anonyme’ ».

Discussion et débat.

Soirée

Visite commentée de l’exposition « Aux sources du catharisme », réalisée par le Service Culturel du Château de Carcassonne.

Vendredi 26 octobre 2018. Journée de visites et excursions

Matin

Visite du château de Carcassonne

Après-midi

Excursion archéologique, sites de la Montagne Noire – (visites et déplacements non pris en charge).

Soirée

Accueil des intervenants à Mazamet

Samedi 27 octobre. Mazamet (Palais des Congrès)

Toutes les infos et réservations des places pour la journée du 27 à Mazamet sont à prendre au 05 63 61 56 56 ou par courriel.

Matin

  • Grado Merlo (Université de Pise, Italie)
    Introduction : « L’état de la recherche en domaine hérétique, en particulier pour ce qui concerne les orientations actuelles des études sur les cathares ».
  • David Zbiral (Université Mazaryk, Brno, République tchèque) : « L’endura. Relecture des sources ».

Après midi

  • Daniela Müller (Université Radboud de Nimègue, Pays Bas) : « Se souvenir au prix de la vie. Les protocoles de l’Inquisition méridionale ».
  • Marina Benedetti (Université de Milan, Italie) : « Retour sur l’inquisiteur Pierre de Vérone. Aux sources d’un ‘complot’ et d’une canonisation ».
  • Daniel Toti (Université de Milan, Italie) : « Le De heresi catharorum. Réception, érudition et nouvelles pistes de recherche ».

Soirée

  • Table ronde sur les « Sources cathares ».

Animée par Dominique Iogna-Prat (Directeur de recherche, EHESS, Paris)

Discussion avec tous les intervenants aux Journées.

Comme vous le voyez, les «sources» qui seront évoquées ne sont pas les sources historiques mais les sources bibliographiques cathares, c’est-à-dire celles écrites de leurs mains. En effet, les forces négationnistes qui veulent aujourd’hui nier jusqu’à l’existence des cathares font, bien entendu, l’impasse sur ces sources qui les gênent.
Il en est d’ailleurs une autre dont David Zbiral s’était employé à prouver l’authenticité : la charte de Ninquinta.

Cahiers de Fanjeaux

Recherche
916 vues

Cahiers de Fanjeaux

Collection d’Histoire religieuse du Languedoc au XIIIe et au début du XIVe siècle

Présentation de l’éditeur

Les « Cahiers », publiés annuellement, sont consacrés à l’Histoire religieuse du Languedoc au XIIIe et au début du XIVe siècle, époque de la plus brillante civilisation médiévale et de sa contribution la plus originale à l’histoire religieuse générale.

La collection est placée sous le patronage de l’Institut d’études méridionales de l’Université de Toulouse-le-Mirail et de l’Institut Catholique de Toulouse. Le Comité chargé de sa publication est ainsi constitué : (liste issue du site internet des Cahiers)Read more

La violence dans le monde médiéval

Recherche
855 vues

La violence dans le monde médiéval

Colloque du Centre universitaire d’études et de recherches médiévales d’Aix (CUERM)

SOMMAIRE

Tous les articles sont : PDF disponibles

Imagination de la violence : Le porche de l’église Saint Trophime d’Arles – Jean Arrouye
Violence et Passion, ou le christianisme sauvage de Perlesvaus : Le haut Livre du Graal – Anne Berthelot
Jeux et enjeux de la violence dans un roman arthurien du Moyen Âge tardif : Ysaye le Triste – Catherine Blons-Pierre
La représentation théâtrale de la violence dans quelques Miracles de Nostre Dame par personnages – Marie-Odile Bodenheimer
– Les puissances énergétiques
– 
Les structures familiales : les femmes
– L’expression dramatique de la violence
– L’espace-temps
Le vocabulaire de la violence tel qu’il apparaît dans quelques textes non littéraires du XIVème et du XVème siècle en Provençal – Marie Rose Bonnet
– Les documents et la violence : des mots pour la dire.
– Le non-dit, ou le mensonge par omission.
La violence dans le Roman de Tristan – Danielle Buschinger
La ronce et le grain. La violence dans le Sabartès au XIVème siècle – Annie Cazenave
Crimes et châtiments dans la Chronique de Jean le Bel – Nicole Chareyron
1 – Violence de justice royale
2 – Ostentation de violence
3 – Violence de manants
4 – Violence des brigands
5 – Royale violence
Le bruit et la fureur (sur la violence anarchique dans Anseÿs de Mes) – Micheline de Combarieu du Grès
Sens et abolition de la violence dans l’Atre Périlleux – Annie Combes
La violence des éléments – Chantal Connochie-Bourgne
Le Perlesvaus, livre de haute violence – Francis Dubost
– L’OCTAVE DE LA VIOLENCE
– VIOLENCE ET CONTRE-VIOLENCE
– VIOLENCE ET DÉSIR
– VIOLENCE ET SOUVERAINETÉ : le fils sacrificiel
– LA VIOLENCE DE L’ÉCRITURE : « Ce fu molt grant joie de la senefiance de sa mort… »
Épreuves, pièges et plaies dans Artus de Bretagne : le sourire du clerc et la violence du chevalier – Christine Ferlampin-Acher
I. Violence et merveille
II. La violence et le droit
III. Les tournois : la violence canalisée ?
IV. Un idéal bien tempéré
Punition de la violence par la violence : Cruauté des sanctions dans le droit pénal médiéval en Allemagne – Joëlle Fuhrmann
Bertran de Born, troubadour de la violence ? – Gérard Gouiran
La violence peut-elle fonder un état ? Dudon de Saint-Quentin et l’établissement du duché de Normandie – Jean-Guy Gouttebroze
Le monde d’ici-bas, un royaume de violence : le siècle dans les Miracles Nostre Dame de Gautier de Coinci – Marie-Geneviève Grossel
1) Les humbles et les superbes
2) La Parole
3) Passion
L’autre et la violence dans Aucassin et Nicolette – Michelle Houdeville-Augier
Le discours de la mort violente dans l’Enfer de Dante – Jean Lacroix
Termes d’adresse, acte perlocutoire et insultes : la violence verbale dans quelques textes des XIVème, XVème et XVIème siècles – Dominique Lagorgette
Face à la violence, Vivien le martyr – thème et variations André Moisan
I LA SUBLIMITE DU MARTYRE (G1)
II UN ESSAI D’HUMANISATION (G2, A1)
III LE PAROXYSME DANS LE SACRIFICE (CV) IV L’ARRIÈRE-PLAN HISTORIQUE
De l’écart de langage au divertissement : la violence dans les fatrasies et les fatras – Marie-Françoise Notz
La violence contenue du Parvo Vicentin – Maria José Palla
Tristan et Héraclès : La mort violente et le destin du héros – Jean-Marc Pastré
Violence et sacré : du meurtre au sacrifice dans la Vie de Saint Thomas Becket, de Guernes de Pont-Sainte-Maxence – Jean-Pierre Perrot
Le rôle de la violence dans le roman médiéval : l’exemple d' »Erec et Enide » – Miha Pintarič
1) L’Idée
2) L’individu
3) La société
La violence dans le Romuleon ou Faits des Romains de Roberto Della Porta – Christiane Raynaud
I. L’omniprésence de la guerre
II. La hantise de la trahison
III. Un humanisme pragmatique limité par une politique toute bourguignonne et la morale chrétienne
La violence comique des fabliaux – Yves Roguet
La violence dans le Tristan en Prose – Monique Santucci
Gaston Febus : de la violence contrôlée à la folie meurtrière – Chantal de Saulnier
– La violence contrôlée de la chasse
– Une difficile maîtrise personnelle
Les blessures et leur traitement dans les Romans en Vers (XIIe-XIIIe siècles) – Geneviève Sodigné-Costes
Le viol dans la littérature allemande au Moyen Âge – Wolfgang Spiewok
Brehus sans pitié : portrait-robot du criminel arthurien – Richard Trachsler
1. Brehus avant le Tristan en Prose
2. Brehus dans le Tristan en Prose
3. Brehus après le Tristan en Prose
Viol de la fée, violence du féerique ; Remarques sur la vocation anthropologique de la littérature médiévale – Jean-Jacques Vincensini
I. LES VIOLS ROMANESQUES. UN « FAIT » A COMPRENDRE.
II. COMMENT CONJOINDRE DES ETRES QUE LA NATURE A SEXUELLEMENT ET ONTOLOGIQUEMENT SEPARES ?
III. LE SENS DU MOTIF DE LA « FEE VIOLEE-VIOLENTE ».
Violence des bêtes et violence des hommes – Jacques Voisenet
Violence et spiritualité dans le “rommant” de la Manekine – David Wrisley
– Le Prologue
– Désespérance
‘Ramembrance’

Annexe

L’animal, témoin de la fin des temps – Jacques Voisenet

Publié en 1994 – Presses universitaires de Provence.

Des femmes cathares dans la société du Languedoc

Recherche
860 vues

Des femmes cathares dans la société du Languedoc aux XIIIe et XIVe siècles

Actes des 4es Journées scientifiques du Parc naturel régional du Haut-Languedoc

12 et 13 septembre 2009 (La Caunette et Minerve – 34)

Michel Jas, pasteur de l’Église réformée dans les paroisses de Narbonne et Carcassonne
« Familles rebelles : cathares et protestants en Languedoc »

Anne Brenon, archiviste paléographe, conservateur en chef honoraire des Archives de France et membre du Conseil scientifique et prospectif du Parc naturel régional du Haut-Languedoc
« Les femmes et l’hérésie »

Gwendoline Hancke, Docteur en histoire médiévale
« Le rôle des dames nobles dans la diffusion de la foi cathare en Languedoc »

Annie Cazenave, Docteur en histoire, spécialiste de la pensée médiévale
« Femmes devant l’Inquisition : Le courage des clandestines »

Archives départementales de l’Ariège

Recherche
2 519 vues

Archives départementales de l’Ariège

Vous trouverez ci-dessous des communications en rapport avec le catharisme, présentées lors de colloques qui se sont tenus sous l’égide de cet organisme public.

Tolérance et solidarités dans les pays pyrénéens

Actes du colloque tenu à Foix les 18-19 et 20 septembre 1998. Organisé par les Archives départementales de l’Ariège avec la collaboration de Serge Brunet (Université de Toulouse-Le Mirail), Claudine Pailhès (Archives départementales de l’Ariège) et Philippe de Robert (Université Marc Bloch de Strasbourg).

Certes, ce colloque était clairement orienté vers le protestantisme mais trois communications traitèrent de sujets en rapport avec le catharisme. Cela explique que nus vous signalions cette publication et que nous mettions ces articles à disposition des chercheurs.

Sommaire
Anne Brenon : De Montségur à Montaillou : les cathares et les autres dans la société pyrénéenne (XIIIe-XIVe siècles)
Annie Cazenave : La violence et le mal : refuge, résistance et clandestinité cathares sur les deux versants des Pyrénées
Benoît Cursente : La solidarité par l’exclusion ? Nouveau regard sur l’origine des crestias/cagots ouest-pyrénéens

Montségur. La mémoire et la rumeur – 1244-1994

Actes du colloque de Tarascon, Foix et Montségur des 21 au 23 octobre 1994.

Les cathares devant l’Histoire – Mélanges offerts à Jean Duvernoy

Journées de rencontre des 12 et 13 mai 2003 à Foix. Édition de l’Hydre (2005)

Inventer l’hérésie ? – Monique Zerner

Recherche
3 281 vues

Inventer l’hérésie ?
Discours polémiques et pouvoirs avant l’Inquisition

Sous la direction de Monique Zerner
Collection d’études médiévales n° 2
 – 1998.

Quatrième de couverture
Les dix articles réunis dans ce volume sont l’aboutissement d’une série de rencontres sur l’hérésie et les stratégies de l’église.
Inventer l’hérésie ? Aux sens de créer, découvrir quelque chose de nouveau, trouver, imaginer, imaginer de façon arbitraire, la question se pose dans tous les sens du terme. à partir de l’hypothèse que les discours anti-hérétiques sont construits pour défendre la progression de l’institution ecclésiale et prévenir ou affronter des résistances, tour à tour les auteurs (deux spécialistes de l’Antiquité et huit médiévistes) examinent dans une succession logique les dossiers rencontrés dans leurs propres recherches : saint Augustin contre Fauste, les premiers Pères de l’église contre les chrétiens gnostiques, l’évêque de Cambrai contre les hérétiques d’Arras, l’abbé de Cluny Pierre le Vénérable contre Pierre de Bruis et ses disciples, un certain moine contre l’hérétique Henri et des anonymes contre « l’hérésie », la défense des prières pour les morts et des dons à l’église pour le salut de l’âme, les rapports du chapitre cathédral de Lyon avec Valdès, le rôle des cisterciens dans la dénomination des « Albigeois »

Mon commentaire
Cet ouvrage, qui constitue les actes du séminaire « Hérésie, stratégies d’écriture et institution ecclésiale qui s’est tenu à Nice de 1993 à 1995, est orienté dans la démonstration de l’inexistence de l’hérésie chrétienne et, par voie de conséquence, du catharisme.
C’est à mon avis l’illustration des dérives que peut connaître un domaine de recherche quand il prétend étudier un sujet sans prendre connaissance de ce qui constitue ses fondements.
Si je partage le point de vue selon lequel le catharisme n’est pas une hérésie catholique et encore moins une dissidence, il va sans dire que sa réalité me semble évidente pour qui prend la peine d’en étudier la doctrine et de la comparer aux autres doctrines chrétiennes de l’époque et des précédentes.
Dire qu’il n’y a pas eu d’hérésie avant 1200 ne peut que couvrir de ridicule celles et ceux qui le soutiendrait. Les hérésies apparaissent toujours au moment où un groupe religieux devient tellement dominant qu’il prétend occuper seul tout le champ théologique disponible.
Ce fut le cas à la fin du quatrième siècle quand l’Église chrétienne de Rome (qui se disait déjà catholique) devint la seule église chrétienne reconnue par l’Empire romain. L’histoire de ces hérésie nous est connue et plusieurs ont eu l’honneur douteux d’être le centre d’intérêt des conciles catholiques.
Ce fut encore le cas quand la réforme grégorienne qui voulait moraliser et durcir le catholicisme médiéval vit apparaître des oppositions internes et un christianisme jusque là surtout implanté en Europe centrale et orientale.
Si cet ouvrage est utile aux chercheurs en raison des références qui y sont faites par plusieurs auteurs, il est sans intérêt, voire nocif pour les simples curieux.

Discours de Cosmas, le prêtre, contre Bogomil

Manuscrits | Recherche
3 898 vues

Traité contre les bogomiles de Cosmas, le prêtre

Ce discours (Slovo) en vieux slave (slavon) est le premier document parvenu jusqu’à nous qui révèle la découverte d’une hérésie chrétienne, dont les membres (les bogomiles) suivent les enseignements de leur meneur (Bogomil) dont le nom pourrait se traduire, soit par « ami de Dieu », soit par « digne de la pitié de Dieu ».

C’est la première fois qu’apparaît dans les textes un courant chrétien qui va se révéler également de façon presque concomitante dans les régions occidentales de l’Europe du Moyen Âge.

J’ai récupéré ce document, qui n’est que la première partie d’un discours en comprenant trois, car les autres parties concernent les chrétiens jugés orthodoxes par Cosmas qui leur adresse une liste de leurs erreurs doctrinales (partie 2) et ses conseils pour revenir à l’orthodoxie véritable selon lui (partie 3).

L’importance de ce texte est majeure car il décrit finement les points doctrinaux qui opposent l’orthodoxie catholique — je rappelle que nous sommes à une date antérieure au premier schisme judéo-chrétien qui verra, près d’un siècle plus tard, la scission entre catholiques romains et orthodoxes orientaux — et ce christianisme hérétique selon l’auteur.
Il va sans dire que, pour nous, cette description est  passionnante car elle met en valeur les arguments des bogomiles qui seront largement diffusés par les cathares. Ce texte met aussi en évidence le caractère franchement divergent entre catharisme et catholicisme, notamment en matière d’attribution de la création du ciel, de la terre et de tout le monde visible. Il atteste donc bien que cette position tranchée était la seule qui prévalait au début du bogomilisme et que la position dite mitigée ne peut que lui être postérieure.

Ce texte est une traduction effectuée à partir du travail effectué par M. G. Propruzenko (à partir de cinq traités utilisables sur les sept retrouvés). Ce texte est tiré de l’ouvrage publié en 1945 par Henri-Charles Puech et André Vaillant dans la Revue des études slaves, publication de l’Institut des études slaves.
Cet ouvrage, quasi impossible à se procurer aujourd’hui et de toutes façons non réédité, est encore soumis à la loi sur les droits d’auteurs, puisque les droits courent jusqu’en 2027 pour M. Vaillant et 2036 pour M. Puech.
J’espère néanmoins que cette publication très partielle sera comprise dans sa valeur historique de mise à disposition totalement gracieuse d’un document majeur dont on ne saurait priver les chercheurs et l’ensemble des personnes désireuses de mieux comprendre cette religion.

Initialement publié dans la revue de l’Institut des études slaves, ce travail fut ensuite présenté séparément par impression au format livre.

La première partie comporte l’analyse technique des auteurs que nous vous proposons en téléchargement (2,9 Mo) via la version de Persée.

La traduction du manuscrit suit le document précédent : Discours de Cosmas

Cet ouvrage, tombé dans le domaine public, est disponible sur le web via Persée et GoogleBook.