Cosmas

L’unité du Bogomilo-Catharisme

Recherche
617 vues

L’unité de Bogomilo-Catharisme d’après quatre textes latins analysés à la lumière des sources byzantines

DRAKOPOULOS, Theofanis

Présentation

La recherche des origines du bogomilisme et du catharisme a toujours beaucoup occupé les chercheurs.
Ces deux religions sont-elles sœurs, c’est-à-dire qu’elles auraient un « ancêtre » commun ? Ont-elles un lien de dépendance, l’une envers l’autre, c’est-à-dire le catharisme serait-il le résultat d’une prédication bogomile en Italie, voire en France ? Les sources les plus anciennes rendent ces hypothèses crédibles, mais les chercheurs ont souvent ignoré d’autres éléments : quid des pauliciens, des messaliens, des euchytes, etc. ?
Cette thèse étudie bien des points susceptibles de vous éclairer sur ce sujet.

Étant issue d’une archive ouverte, elle peut être lue par tous, mais tout usage de son contenu doit s’accompagner des obligations de citations habituelles.

 Abstract

Cette thèse tente de faire le point sur la question controversée de la filiation du catharisme, notamment dans ses rapports avec le bogomilisme. On y analyse quatre textes latins: la lettre d’Evervin de Steinfeld à Bernard de Clairvaux (vers 1143), les Actes du concile cathare de Saint-Félix de Lauragais (1167), le « De heresie catharorum in Lombardia » (1210-15) d’un auteur anonyme et le texte apocryphe d’origine bogomile « Interrogatio Iohannis ». L’école dite déconstructionniste considère l’ensemble des documents latins médiévaux antihérétiques comme relevant d’un schéma préconçu et mis au service du renforcement de la centralisation pontificale. Pourtant, en confrontant ces quatre textes avec les ouvrages rédigés contre les bogomiles de Byzance, nous aboutissons à la conclusion que les communautés nommées conventionnellement bogomiles et cathares présentent de réels points communs,  notamment par leur rattachement à un système de pensée basé sur différentes traditions apocryphes et origéniennes où l’élément chrétien joue un rôle prépondérant.

Lire la thèse (4,0 Mo)

 

Discours de Cosmas, le prêtre, contre Bogomil

Manuscrits | Recherche
2 887 vues

Traité contre les bogomiles de Cosmas, le prêtre

Ce discours (Slovo) en vieux slave (slavon) est le premier document parvenu jusqu’à nous qui révèle la découverte d’une hérésie chrétienne, dont les membres (les bogomiles) suivent les enseignements de leur meneur (Bogomil) dont le nom pourrait se traduire, soit par « ami de Dieu », soit par « digne de la pitié de Dieu ».

C’est la première fois qu’apparaît dans les textes un courant chrétien qui va se révéler également de façon presque concomitante dans les régions occidentales de l’Europe du Moyen Âge.

J’ai récupéré ce document, qui n’est que la première partie d’un discours en comprenant trois, car les autres parties concernent les chrétiens jugés orthodoxes par Cosmas qui leur adresse une liste de leurs erreurs doctrinales (partie 2) et ses conseils pour revenir à l’orthodoxie véritable selon lui (partie 3).

L’importance de ce texte est majeure car il décrit finement les points doctrinaux qui opposent l’orthodoxie catholique — je rappelle que nous sommes à une date antérieure au premier schisme judéo-chrétien qui verra, près d’un siècle plus tard, la scission entre catholiques romains et orthodoxes orientaux — et ce christianisme hérétique selon l’auteur.
Il va sans dire que, pour nous, cette description est  passionnante car elle met en valeur les arguments des bogomiles qui seront largement diffusés par les cathares. Ce texte met aussi en évidence le caractère franchement divergent entre catharisme et catholicisme, notamment en matière d’attribution de la création du ciel, de la terre et de tout le monde visible. Il atteste donc bien que cette position tranchée était la seule qui prévalait au début du bogomilisme et que la position dite mitigée ne peut que lui être postérieure.

Ce texte est une traduction effectuée à partir du travail effectué par M. G. Propruzenko (à partir de cinq traités utilisables sur les sept retrouvés). Ce texte est tiré de l’ouvrage publié en 1945 par Henri-Charles Puech et André Vaillant dans la Revue des études slaves, publication de l’Institut des études slaves.
Cet ouvrage, quasi impossible à se procurer aujourd’hui et de toutes façons non réédité, est encore soumis à la loi sur les droits d’auteurs, puisque les droits courent jusqu’en 2027 pour M. Vaillant et 2036 pour M. Puech.
J’espère néanmoins que cette publication très partielle sera comprise dans sa valeur historique de mise à disposition totalement gracieuse d’un document majeur dont on ne saurait priver les chercheurs et l’ensemble des personnes désireuses de mieux comprendre cette religion.

Initialement publié dans la revue de l’Institut des études slaves, ce travail fut ensuite présenté séparément par impression au format livre.

La première partie comporte l’analyse technique des auteurs que nous vous proposons en téléchargement (2,9 Mo) via la version de Persée.

La traduction du manuscrit suit le document précédent : Discours de Cosmas

Cet ouvrage, tombé dans le domaine public, est disponible sur le web via Persée et GoogleBook.