Paroles d’évangile – Thomas 3

139 vues

Troisième et dernière partie: du logion 51 au 114

Voici les derniers logia de ce travail.

Jésus approfondi son enseignement et ses  »mystères »

51 Ses disciples lui dirent :
 » Quel jour le repos de ceux qui sont morts se produira-t-il, et quel jour sera-ce que le monde nouveau viendra ?
 » Il leur a dit :  » Ceci que vous attendez est survenu,
et vous ne l’avez point reconnu. « 

[1] Nous en sommes à la moitié de l’enseignement et malgré les précisions données sur ce que nous devons changer en nous, les disciples ne comprennent toujours pas et restent englués dans la peur, l’eschatologie et le messianisme de la loi mosaïque. Ils ne reconnaissent pas dans Jésus, le Père Le Vivant, qui est avec eux encore pour quelque temps.

52 Ses disciples lui dirent :
 » Vingt-quatre prophètes ont parlé en Israël et tous,
ils se sont exprimés en toi.
« Il leur a dit :  » Vous avez délaissé celui qui est vivant en face de vous, et vous avez parlé des morts ! « 

NON ! Je ne suis pas le Messie que vous semblez attendre et je ne validerai pas leurs prophéties. Ceux qui sont morts ne vivent pas. Vous avez Le Père Le Vivant devant vous et vous n’en profitez pas !

53 Ses disciples lui dirent :  » La circoncision est-elle utile ou non ?  » Il leur a dit :  » Si elle était utile, c’est circoncis que leur Père les engendrerait de leur mère. Mais la véritable circoncision dans l’esprit donne tout le profit ! « 

La circoncision ne sert qu’ a vous différencier en tant que peulpe élu de Dieu. Elle vous marque dans la chair. La vraie circoncision est celle qui efface la bête et la marque.

54 Jésus dit :  » Bienheureux les pauvres, car le Royaume des cieux est à vous ! « 

N’ayant pas a se déposséder en biens et intellectuellement, mais seulement s’être éveillées, les  »petites gens » pourront plus facilement que les  »riches » accéder au royaume.

55 Jésus dit :  » Celui qui ne se séparera pas de son Père et de sa mère ne pourra pas être mon disciple, et s’il ne se sépare point de son frère et sa soeur et ne prend pas sa croix comme moi, il ne deviendra pas digne de moi ! « 

L’accés au Royaume est un sentier étroit, pentu, difficile, long, risqué et sans retour qui ne peut être entrepris qu’en solitaire !

56 Jésus a dit :

 » Celui qui a connu le monde a trouvé un cadavre,
et celui qui à trouvé un cadavre, le monde n’est pas digne de lui. »

 »Nous sommes au monde mais pas de ce monde »
Tu connais le monde et tu t’y consommes s’en t’être éveillé : tu es cadavre. Tu es éveillé et tu sais parfaitement qui tu es.
La tunique qui t’abrite (le cadavre) et le monde ne sont pas digne de toi.

57 Jésus dit :  » Le Royaume du Père est pareil a un homme qui a une semaille. La nuit, son ennemi est venu et a semé de l’ivraie par-dessus la semaille qui est bonne. Et cet homme n’a pas laissé qu’on arrache l’ivraie,  » De crainte – leur a-t-il dit – qu’en allant ôter l’ivraie vous n’enleviez avec elle le froment. En effet, au jour de la moisson, les ivraies seront devenues reconnaissables : on les ôtera et on les brûlera « .

Le Royaume est en nous et autour de nous en ce monde. Il faut juste découvrir qui nous sommes et nous en délivrer. Jésus est l’homme qui a la bonne semaille. Mais le prince de ce monde ne le vois pas comme ça. PATIENCE ! On est dans le monde mais pas de ce monde. Laisson pousser l’ivraie, soyons vigilents et sachons la reconnaître. Le temps venu, nous l’éliminerons.

58 Jésus dit :  » Bienheureux l’homme qui a peiné : il a trouvé la Vie !  »
La vie en ce monde n’est pas un long fleuve tranquille. Mâter le moi, l’ego, pour faire place au LUI demande beaucoup d’abnégations, d’efforts et de peine.

59 Jésus dit :  » Tournez vos regards vers le Vivant, tant que vous êtes vivants, afin que vous ne mouriez point, et cherchez à le voir !

C’est ICI ET MAINTENANT que vous devez le faire! Si vous pensez demain, vous êtes déjà mort. Laquelle je vous donne, la bleue, ou la rouge, pour aller vers Le Père?

60  » Voyant un Samaritain qui porte un agneau et qui entre dans la Judée, Il questionna ses disciples au sujet de l’agneau, et ils lui ont répondu :  » Il le tuera et le mangera !  » Mais il leur a dit :  » Il ne le mangera point encore vivant, mais seulement s’il le tue et que celui-ci devienne cadavre.  » Ils lui dirent :  » En nulle autre occasion il ne le blessera !  » Il leur a dit  » Vous-mêmes, cherchez-vous donc un lieu de repos, afin que vous ne deveniez point des cadavres et que l’on ne vous mange point ! « 

Un Samaritain est considéré comme un impur. S’il porte un agneau et va en Judée, ce n’est pas pour l’offrir en sacrifice au temple, c’est pour le manger. Jésus en profite pour rappeller que tant que la bête est vivante elle a encore toutes ses chances. Une fois morte, elle n’est plus que chair à consommer. Il en est de même pour l’homme, s’il ne s’est pas éveillé et mis en chemin.

[1] En italique figurent mes commentaires du texte situé au-dessus.