Le royaume oublié

39 vues

Le royaume oublié

La croisade contre les albigeois
La tragédie cathare

Sous la direction de jordi Savall

Cet ouvrage de grande qualité artistique est aussi un bel objet.
Un livre proposé en sept langues (français, anglais, occitan, catalan, castillan, allemand et italien), offre quelques textes de présentation :
Hommage au pays d’Oc par Montserrat Figueras et Jordi Savall
Le royaume oublié, la tragédie cathare par Jordi Savall
et des documents issus des meilleurs spécialistes :
Origine et expansion des catharismes par Pilar Jimenez Sanchez
Occitanie : miroir de Al Andalus et refuge de Sefarad par Manuel Forcano
Les cathares dans la société occitane (XIIe – XIIIe siècle) par Anne Brenon
Les troubadours face au catharisme par Francesco Zambon
La croisade contre les albigeois par Martin Alvira Cabrer
Le temps de l’Inquisition (XIIIe – XIVe siècle) par Anne Brenon
La Ad Exstirpanda du Pape Innocent IV (1252) par David Renaker
Quand les Pyrénées n’étaient pas une frontière par Sergi Grau Torras
La mémoire du catharisme par Antoni Dalmau
Enfin, une chronologie s’étendant du Xe au XVe siècle permet de suivre l’ensemble du phénomène cathare médiéval.

Les trois CD qui accompagnent cet ouvrage proposent des musiques, des chants ou des lectures mises en musique, présentés de façon chronologique pour illustrer l’ensemble de cette histoire.
Le premier CD traite de l’apparition et du rayonnement du catharisme ainsi que de l’essor de l’Occitanie :
– Aux origines du catharisme en Orient et en Occident (950 – 1099),
– L’essor de l’Occitanie (1100 – 1159),
– L’expansion du catharisme (1160 – 1204).
Le deuxième CD traite de la croisade contre les albigeois et de l’invasion de l’Occitanie :
– Vers l’affrontement (1204 – 1208),
– La croisade contre les albigeois (1209 – 1229).
Le troisième CD traite de la persécution, de la diaspora et de la disparition du catharisme :
– L’Inquisition, persécution des cathares et élimination du catharisme (1230 – 1300),
– Disapora vers la Catalogne et fin des cathares orientaux (1309 – 1453).

Sans être susceptible de constituer un ouvrage historique majeur, ce livre permet d’aborder le sujet de façon qualitative et très agréable. De ce point de vue, je ne peux que le recommander.