La religion cathare

680 vues

La religion cathare
Le Bien, le Mal et le Salut dans l’hérésie
Michel Roquebert

Quatrième de couverture

Du XIe au XIVe siècle, la chrétienté médiévale fut traversée, des Balkans à la Champagne, de l’Italie et du Languedoc à la Flandre et à la Rhénanie, par un vaste courant religieux. L’histoire connaît cette hérésie sous le nom de catharisme. Ses adeptes imputaient la création du monde visible non point au « bon » Dieu, mais à un principe mauvais qui, en créant l’univers matériel et le temps qui corrompt toute chair, a permis au mal de se manifester par la souffrance et par la mort. Ils se proclamèrent chrétiens, mais le dualisme sur lequel reposait leur foi les fit accuser d’être de « nouveaux manichéens ». Ce fut à ce titre qu’ils furent persécutés jusqu’à leur éradication complète, leur dogme constituant pour l’Église un danger évident.
On ne les a longtemps connus que par les écrits de leurs adversaires. Or la découverte de textes authentiquement cathares a permis d’avoir une vue plus juste des choses. Michel Roquebert se penche sur leur foi elle-même, comme sur les pratiques qui l’accompagnaient, en les comparant point par point à l’orthodoxie catholique.

Commentaire

Cet ouvrage vient en complément de celui — homonyme — de Jean Duvernoy et, dans une certaine mesure, de celui de Hans Söderberg.
Ainsi, il permet de faire le tour de la doctrine cathare, telle qu’elle nous est parvenue et d’en tirer les fondamentaux communs à tous les courants du catharisme.
La lecture de cet ouvrage me semble donc utile même si — comme il est évident face au travail d’un historien — qu’il convient de conserver à l’esprit que cette description n’a rien d’une exégèse.