Olivier de Termes

375 vues

Olivier de Termes
Le cathare et le croisé (vers 1200-1274)
Gauthier Langlois

Quatrième de couverture

Olivier de Termes est un héros digne de roman ou de légende. Et pourtant, ce personnage bien réel est resté un grand absent de l’histoire. Pour réparer cet oubli, cet ouvrage nous propose de découvrir un acteur peu connu, mais dont on dit qu’il mérite le titre de meilleur chevalier du monde !
Grand seigneur féodal, Olivier est l’homme de deux époques. Issu d’une famille cathare occitane spoliée par la croisade des Albigeois, il s’impose vite comme le plus actif des opposants à l’Eglise catholique et au roi de France en Languedoc.
Au service des princes méridionaux, il se distingue dans de nombreuses opérations militaires tel le siège de Carcassonne en 1240. Après avoir fait la paix avec l’Eglise et le roi, il accompagne saint Louis en croisade en Terre sainte, où il s’illustre à nouveau, ce qui lui vaut la restitution de ses biens.
Devenu le plus fidèle et le plus apprécié des agents du roi de France en Languedoc, il se convertit au catholicisme et liquide sa seigneurie des Corbières pour repartir en Terre sainte. Il y meurt en 1274 à la tête des troupes du pape et du roi.

Grâce à de minutieuses recherches, l’auteur, lauréat du prix Edouard-Privat 2000 en histoire méridionale, retrace la vie et les actions de ce chevalier d’envergure internationale. Il le fait revivre à la cour, à la guerre, dans sa famille et sa seigneurie ; il nous fait partager ses joies et ses peines ; il nous éclaire sur sa personnalité, ses convictions politiques ou religieuses, sur son rôle diplomatique jusque-là méconnu. Il cherche à comprendre pourquoi ce seigneur, protecteur d’hérétiques, ce chevalier excommunié, devient le plus efficace soutien de saint Louis en Languedoc et en Terre sainte.
À travers la vie d’Olivier de Termes, c’est tout un pan de l’histoire du Languedoc et de l’Occident au XIIIème siècle qui est mis en lumière.

Mon avis

Ouvrage très intéressant sur ce personnage typique des occitans faydits, totalement imprégnés de la mentalité méridionale et des règles de chevalerie, y compris dans leurs cruautés envers l’ordre inférieur des laboratores. Quelques pages au début nous présentent Benoît de termes, évêque cathare du Razès. À lire pour connaître cette période, mais peu informatif sur le catharisme.

Informations techniques

Olivier de Termes – Le cathare et le croisé (vers1200-1274) – Gauthier Langlois
Éditions Privat, Toulouse 2001 – ISBN : 2-7089-7520-X