Les christianismes disparus

338 vues

Les christianismes disparus
la bataille pour les Écritures, apocryphes, faux et censures

Ehrman, Bart D.
traduit par : (Etats-Unis) Jacques Bonnet
Éd. Bayard , Montrouge (Hauts-de-Seine), collection Domaine biblique (février 2007).

Quatrième de couverture

Il y avait, aux origines, plusieurs versions possibles du christianisme. Lesquelles ont disparu? Pourquoi? Comment? Dans la grande diversité des textes sacrés, certains furent incorporés au Nouveau Testament, d’autres furent rejetés, attaqués, interdits et détruits. Bart Ehrman nous entraîne dans une enquête palpitante à la recherche de ces christianismes disparus. Nous assistons à une lutte de plusieurs siècles pour l’orthodoxie, qui se transforma en guerre des textes, avec la création d’une multitude de faux, d’apocryphes, d’ajouts, de censures… Nous découvrons d’anciennes interprétations, d’anciennes croyances perdues, comme l’incroyable culte de Thècle, aujourd’hui totalement oublié, et qui, jusqu’au Ve siècle, dépasse celui de Marie en notoriété.
Notre histoire religieuse ne se limite pas aux croyances et aux pratiques sorties victorieuses des conflits du passé. Elle s’éclaire, pour nous aujourd’hui, de celles qui ont été vaincues et qui ont finalement disparues.

Bart D. Ehrman est professeur d’histoire des religions aux États-Unis, et auteur de nombreux ouvrages sur la littérature chrétienne et les hérésies des premiers siècles. Les christianismes disparus est son premier livre traduit en français.

Ce que j’en pense

Cet ouvrage présente plusieurs intérêts. D’abord il présente simplement les différents courants spirituels des premiers siècles et permet de les classer par rapport au courant romain qui va finir par les supplanter.
Ceux qui désirent mieux comprendre comment s’est développé le christianisme et comment les réflexions et les influences internes au judaïsme et au christianisme ont conduit certains croyants à imaginer des possibles extrêmement divers allant des plus judaïsants des chrétiens, les ébionites, aux plus éloignés du judaïsme, les marcionites, en passant par les divers courants gnostiques, seront satisfaits de trouver dans ce livre une information d’accès aisé et complète.