Aristote – Œuvre

Aristote – Œuvre

Métaphysique

Quatrième de couverture

II n’y avait à ce jour que deux traductions disponibles de la Métaphysique d’Aristote en français. Celle de Jules Barthélémy Saint-Hilaire date de 1878. Il est évident que depuis sa parution beaucoup de travaux en codicologie, en paléographie et en philosophie ont amélioré notre connaissance du texte et notre compréhension de son contenu. La seconde traduction, celle de Jules Tricot, a paru en 1933, puis a été plusieurs fois rééditée, en particulier en 1964. Le traducteur déclare lui-même avoir voulu «rendre la pensée d’Aristote» plutôt que de s’astreindre à «une exactitude littérale». La présente traduction suit une méthode exactement opposée : elle se conforme rigoureusement au texte grec, tel qu’il est transmis par les manuscrits les plus anciens, pour tenter de saisir la pensée d’Aristote. Il est clair que la tâche n’en est pas simplifiée. Cependant révolution des connaissances philologiques et philosophiques autant que les exigences actuelles en matière de traduction montrent l’utilité de proposer une nouvelle version d’un texte rarement traduit.

Présentation, traduction, notes et index par Marie-Paule Duminil et Annick Jaulin

Informations techniques

Éditions Flammarion
Texte intégral


Éthique à Nicomaque

Quatrième de couverture

Toute la pensée platonicienne reposait sur une union parfaitement intime entre la vie intellectuelle, morale et politique : la philosophie, par la science, atteint la vertu et la capacité de gouverner la cité. Tout cela se dissocie chez Aristote : le bien moral ou bien pratique, c’est-à-dire celui que l’homme peut atteindre par ses actions, n’a rien à voir avec cette Idée du Bien que la dialectique mettait au sommet des êtres ; la morale n’est pas science exacte comme les mathématiques, mais un enseignement qui vise à rendre les hommes meilleurs, et non seulement à leur donner des opinions droites sur les choses à rechercher ou à fuir, mais à les leur faire effectivement rechercher ou fuir.

Emile Brehier.

Œuvre de maturité, l’Ethique à Nicomaque est le grand texte de la morale aristotélicienne. A partir des notions de Vertu, de Courage, de Justice, de Plaisir, d’Amitié, etc., le philosophe définit l’architecture d’une sagesse à « hauteur d’homme » qui renoue avec l’esprit grec dont Platon s’était partiellement détaché. Le bonheur apparaît comme la « fin » véritable de l’exisrence, l’action étant alors le « moyen » propre à l’atteindre. C’est pourquoi on peut dire qu’avec Aristote la morale revient dans le monde et fixe les normes d’un savoir-vivre qui réunit le plaisir et l’ascèse.

Révision de la traduction, commentaires et notes par Alfredo Gomez-Muller.

 Informations techniques

Texte intégral

Éditions Le Livre de Poche


Traité de l’âme

Quatrième de couverture

Dans le Traité de l’âme, Aristote conduit l’élucidation de ce qu’est la vie jusqu’au cœur du phénomène. En effet, les vivants existent par et pour l’âme. Elle est ce qui permet de naître, de venir à maturité et de déployer ses aptitudes ; elle se rapporte à un corps déterminé qu’elle anime.

Dans cette possibilité dont l’homme a le privilège, l’âme connaît et accède à la présence de toutes choses. C’est pourquoi Aristote affirme qu’elle est « l’ensemble de tout ce qui est ». Sa thèse n’est donc ni une psychologie, ni une biologie, mais bien une ontologie de la vie.

Grâce à cette nouvelle traduction d’Ingrid Auriol, qui remet en question nombre de présupposés et fausses évidences, le propos d’Aristote apparaît enfin dans toute sa beauté. Il permet d’approcher la vertu native de l’un des textes majeurs où les racines de toute la pensée occidentale apparaissent en pleine lumière.

Informations techniques

Texte intégral

Éditions Le Livre de Poche