sagesse

La sagesse du désert – T. Merton

Livres, BD, etc.
1 389 vues

La sagesse du désert.
Aphorismes des Pères du désert
Thomas Merton

Quatrième de couverture

Les Pères du désert, ces ermites chrétiens qui, au IVe siècle de l’ère chrétienne, abandonnèrent le monde païen pour aller vivre dans les déserts d’Égypte, de Palestine, d’Arabie et de Perse, furent plus souvent admirés que réellement connus.

Thomas Merton, le célèbre trappiste auteur de La nuit privée d’étoiles et de La paix monastique, a été de ceux qui, au XXe siècle, ont grandement contribué à faire redécouvrir l’aventure de ces hommes ivres de Dieu. Dans cette anthologie, il n’a pas tendu à l’exhaustivité ni à l’érudition critique, mais a plutôt tenté de transmettre l’esprit qui guidait il y a plus de mille ans la composition des recueils de paroles des Pères : offrir aux amis et disciples un exposé libre et familier d’histoires édifiantes et d’aphorismes profonds, sans système ni dessein précis, afin que chacun puisse, au détour d’une pensée anonyme venue des terres arides, pousser les racines de son âme jusqu’aux sources souterraines.

Mon commentaire

À la suite de Pacôme qui fonda un des premiers monastère ou d’Antoine qui suivi lui la voie érémitique, les chrétiens qui voyaient s’éloigner la voie offerte par le martyre de la répression romaine firent le choix d’une semi ou totale réclusion, en groupe ou isolément.
Consacrant le plus clair de leur temps — jusqu’à six jour sur sept pour les anachorètes — à la méditation quasi permanente, ces premiers moines cherchaient à atteindre un niveau d’ouverture à la grâce de Dieu  aussi complet que possible.
Ils étaient l’objet d’une véritable vénération de la part des chrétiens demeurés dans la vie mondaine car leur apparent sacrifice était considéré comme rédempteur des péchés de ceux qui ne suivaient pas leur trace, comme le voulait la tradition sacrificielle judéo-chrétienne qui reconnaissait le même rôle à la Passion du Christ et au martyre des premiers chrétiens.
Ce qui intéresse le croyant cathare dans la démarche de ces cénobites et ermites chrétiens c’est le fait d’appuyer leur méditation sur les textes chrétiens qui est en opposition avec la technique orientale qui cherche à saisir la mondanité dans sa plénitude ou à créer une vacuité susceptible de permettre de saisir l’être.

Tao Te King

Livres, BD, etc.
686 vues

Tao te king – Lao Tseu

Mon analyse

Notre culture occidentale judéo-chrétienne puise ses sources à deux origines : le judaïsme et les civilisations gréco-romaines. L’attrait souvent “ exotique ” pour la sagesse orientale doit beaucoup au bouddhisme dont les principes de méditation, de connaissance et de non-violence ont été popularisés par le Dalaï Lama et Gandhi. Mais le bouddhisme est multiforme.
À la même époque que le Bouddha (env. VIe siècle avant notre ère), un maître chinois, conseiller de l’empereur décida de se retirer du monde. Un garde frontière lui demanda de laisser une trace écrite à l’intention de l’édification morale de l’humanité. Cet ouvrage, le Tao Te King sera la base de la sagesse Tao qui deviendra le Taoïsme et qui inspirera le bouddhisme Chan, ancêtre du bouddhisme Zen.
C’est cet ouvrage que je vous propose de lire car il contient des remarques qui ne sont pas étrangère à notre pensée du monde. Cela vient renforcer la théorie que nous défendons qui veut que, bien avant que nous vienne un éveilleur appelé Christ, les hommes se sont déjà interrogés sur leur situation et ont proposé des analyses pertinentes.
Lao Tseu vivait environ à l’époque de Pythagore.

Quatrième de couverture

Lao Tseu
Tandis qu’il se retirait définitivement dans les terres de l’Ouest, juché sur son buffle noir, Lao Tseu, le « Vieux Maître », rencontra un garde-frontière. Celui-ci le supplia de laisser au monde un ultime écrit : c’est ainsi, nous dit la légende, que naquit le Tao Te King. Ses cinq mille caractères chinois ont donné lieu, depuis plus de deux mille ans, à d’innombrables commentaires.
Ce « Classique de la Voie et de la Vertu » est, avec l’enseignement de Confucius (dont il est contemporain et auquel il s’oppose farouchement), au fondement de la civilisation chinoise jusqu’à aujourd’hui.
Analyse profonde de la souplesse et du non-agir, le Tao Te King, au fil des siècles, devient toujours plus moderne.