Le mystère Otto Rahn – Bernadac

Le mystère Otto Rahn
du catharisme au nazisme

Quatrième de couverture

En 1931 s’installe en Ariège un jeune universitaire allemand, Otto RAHN, qui prépare un ouvrage sur le catharisme, tout en veillant au développement d’un hôtel qu’il a pris en gérance. Très vite la police enquêtera sur les étranges locataires des « Marronniers », connus pour la plupart des Services de contre-espionnage français. Très vite des journalistes régionaux s’étonneront des méthodes de ce « curieux chercheur » qui n’hésite pas à dessiner des faux symboles sur les parois des cavernes pour mieux étayer ses thèses. Déclaré en faillite par le Tribunal de Commerce de Foix, Otto RAHN échappe à l’emprisonnement en s’enfuyant.
Son livre « Croisade contre le Graal » paraîtra quelques années plus tard en Allemagne. Affirmant que Montségur est le château du Graal, il sera le point de départ de ce « renouveau du catharisme » et des pèlerinages qui ne cessent de se développer autour des « murailles sacrées », des « temples » et des pseudo « grottes initiatiques » de l’Ariège.
Choyé, honoré par les nouveaux maîtres de l’Allemagne qui voient dans « la Croisade contre le Graal » un « moment » de la pensée nationale-socialiste Otto RAHN est admis au saint des saints : l’état-major privé du Reichsfùhrer SS Heinrich HIMMLER. Au mois d’avril 1939, Karl WOLFF, le chef d’état-major d’HIMMLER, fera paraître dans un quotidien berlinois un faire-part annonçant la mort d’Otto RAHN «  dans une tempête de neige  ».
Depuis la fin de la guerre, des centaines de légendes ont été brodées autour du « héros » et de sa « disparition ». Christian BERNADAC a ouvert la première enquête sur ce personnage hors série et la réalite, une nouvelle fois, s’avère plus romanesque que le roman. Il n’y a pas un « mystère Otto RAHN », mais des dizaines et des dizaines de « mystères Otto RAHN ». Si Otto RAHN est venu en Ariège, c’est qu’il était en mission d’espionnage et d’action psychologique. Si Otto RAHN a démissionné de la SS c’est parce que sa mère et sa grand-mère étaient juives. Si le chef d’état-major d’HIMMLER a annoncé sa mort c’est pour que Otto RAHN puisse réapparaître sous une iutre identité, etc.
Christian BERNADAC, avançant de « coïncidence en coïncidence » propose une solution au « Mystère Otto RAHN ». Otto RAHN serait devenu Rudolf RAHN, collaborateur d’ABETZ à Paris avant de terminer la guerre Ambassadeur du Reich à Rome, alors que le chef militaire en Italie était ce même Karl WOLFF qu’il aurait connu à Ussat les-Bains avant de le retrouver à l’état-major privé d’HIMMLER Oui’ Aucun romancier n’aurait pu imaginer un tel destin.
Le « Mystère Otto RAHN » est un livre qui ne ressemble à aucun autre ; si l’enquête occupe le corps principal de l’ouvrage, Christian BERNADAC profite « des jours et des lieux » pour « débarbouiller » le catharisme des mensonges, des invraisemblances, des détournements, dont l’ont affublé charlatans, « exploiteurs de lumières » et membres de sociétés ésotériques ou secrètes. Une œuvre salutaire qu’attendaient les véritables amoureux de Montségur et des « Parfaits ».
« LE MYSTERE OTTO RAHN », un livre événement.

Informations techniques

Éditions France Empire (Paris) 1978.

Table des matières

Avant-propos
I – Le temps des « Découvreurs »
II – Les pôlaires et autres « Etrangers »
III – Otto Rahn : le « Cercle »
IV – Vers la montagne du « Rassemblement »
V – Les membres d’une « même » famille
VI – Le « Père »
VII – Le Pré-messager
VIII – L’hôtel des Marronniers. La déroute
IX – Lombrives
X – La fuite
XI – Polémique
XII – Otto Rahn « S.S. »
XIII – Arnaud Gélis et Thomas Martin
XIV – Légendes
XV – De Karl Wolff à la société Thulé
XVI – Weisthor et Cie
XVII – Le « disparu »
XVIII – Le juif Otto Rahn
XIX – Rudolf Rahn
XX – Une coïncidence de trop
Annexes :

  1. Le Graal
  2. Sources secrètes de l’hitlérisme
  3. À propos du « cimetière » de Lombrives
  4. La légende d’Esclarmonde
  5. Recherches archéologiques à Montségur
  6. La nouvelle Croisade